Contenu principal
Troupeau de brebis de l'expérience sylvopastorale
Copyright © Catherine FOURNIL

Une expérience sylvopastorale au Bois de Bouis

Au sein du programme de la Fondation, une opération expérimentale de sylvopastoralisme au Bois de Bouis devrait débuter fin mars 2015. D’une humble envergure, mais soutenue et suivie par de grands acteurs scientifiques, cette expérience pourrait avoir d’importantes répercussions.

Le sylvopastoralisme est une pratique d’élevage consistant à faire pâturer des animaux en sous-bois. Fruit d’une adaptation des systèmes d’élevage aux conditions méditerranéennes, cette technique est ancestrale. Une gestion standard sylvopastorale vise surtout à satisfaire les besoins d’appétence du troupeau, mais elle permet rarement un entretien significatif du sous-bois. Or, l’entretien du sous-bois est primordial car il favorise la biodiversité et permet de réduire la biomasse combustible et ainsi limiter l’accroissement des incendies.
Cette expérience, qui se déroulera à partir de mars 2015, a justement pour but la Défense de la Forêt contre les Incendies (DFCI). Comme le montre la liste suivante, le Var est un département fortement exposé aux incendies de forêts de grande ampleur (chiffres extraits du site web de Prométhée):

  • 1962 : approximativement 19000 hectares de feux de forêt
  • 1965 : approximativement 21000 hectares de feux de forêt
  • 1979 : plus de 11000 hectares de feux de forêt
  • 1982 : plus de 9000 hectares de feux de forêt
  • 1986 : plus de 8700 hectares de feux de forêt
  • 1989 : plus de 12800 hectares de feux de forêt
  • 1990 : près de 27000 hectares de feux de forêt
  • 2003 : plus de 18800 hectares de feux de forêt

Dans le cadre de cette opération expérimentale, la Fondation a signé une Convention avec des partenaires scientifiques tels le Museum National d’Histoire Naturelle, le CERPAM et le Conservatoire Botanique Méditerranéen pour mettre en place cette campagne de sylvopastoralisme. C’est un berger de Vidauban qui a été choisi pour mener l’expérience d’une durée de 1 à 5 ans sur une partie de la Plaine des Maures dont 194 hectares au Bois de Bouis. Pour la Fondation d’Entreprise du Golf de Vidauban pour l’Environnement, qui a la charge de la gestion du Bois de Bouis, les buts sont nombreux :

  • entrer dans une démarche historique de gestion du domaine forestier tout en innovant dans le suivi de cette démarche
  • réintroduire des pratiques agricoles économiquement et écologiquement pérennes
  • préserver la biodiversité et lutter contre les incendies de forêts au travers une technique ancestrale adaptée la moins impactante possible.

Les enjeux d’étude des acteurs scientifiques, MNHN et Conservatoire Botanique Méditerranéen (impact du troupeau sur l’écosystème dans les zones de passage, de broutage, …), rejoignent dans le cadre de cette opération les enjeux de préservation et de développement des écosystèmes de la Plaine des Maures défendus par la Fondation.