Contenu principal
Hydrolienne Sabella D10
Hydrolienne Sabella D10 (Photographie © Michel Duhalde, Creative Commons, adapted)

Innov’Climat : « des solutions au service du climat »

Du 3 au 8 juillet dernier se tenait sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris l’exposition Innov’Climat. Cette exposition a présenté 28 projets, basés sur des innovations technologiques et développés dans le but de réduire notre empreinte sur le climat dans le domaine de la production d’énergie, du transport,…

Plus que jamais, les actions visant à réduire notre impact négatif sur le climat se multiplient. Les pouvoirs publics ont leur rôle à jouer pour aider au développement et à la visibilité de ces actions. C’est le cas avec cette exposition qui fut organisée par de nombreux acteurs publics comme l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, etc. L’importance des acteurs publics et le thème de l’exposition lient d’ailleurs fortement Innov’Climat à la future COP21 qui se déroulera à Paris au début du mois de décembre prochain et dont l’objectif principal est d’obtenir un accord des pays participants pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Paris est donc placée sous le signe du climat pour 2015 !
Innov’Climat, inscrit dans la lutte contre le réchauffement climatique, a ainsi permis aux visiteurs de l’exposition de découvrir des projets, d’entreprises privées principalement, faisant intervenir des innovations technologiques et aussi de présenter des changements de comportements qui peuvent être mis en place.

28 projets ambitieux et viables

Nous avons choisi de vous présenter brièvement, pour leur envergure ou leur concept, 3 des 28 projets retenus.

  • L’hydrolienne Sabella D10 : c’est une éolienne sous-marine robuste qui ne nécessite que peu de maintenance. Elle peut être installée dans des endroits difficiles d’accès à fort courant et permet la navigation sans gêne en surface. La première Sabella D10 fut mise en service en juin dernier, et devrait fournir 20% des besoins électriques de l’ile d’Ouessant.
  • Le projet Arpège : il a pour but de produire un navire de pêche plus sécurisé et surtout moins énergivore en carburant qu’un navire standard, notamment grâce à une propulsion améliorée, à l’intégration d’un système de génération électrique et à une automatisation des différents systèmes du navire.
  • Le projet Valormat : il s’agit d’un projet de recyclage des matelas et sommiers usagés fondé sur des innovations dans les processus de démantèlement et d’hygiénisation de ceux-ci, avec le recyclage et la réutilisation des matériaux ainsi créées en literie ou encore en isolant pour le bâtiment. Précisons que sur les 5 millions de matelas et sommiers jetés par an en France, peu sont en effet recyclés.

 

Reste maintenant à savoir si les professionnels et les collectivités pourront faire l’effort financier pour investir dans ces solutions, en remplacement (navire de pêche) ou comme nouvel investissement (éolienne sous-marine pour l’ile d’Ouessant).