Contenu principal
Chat domestique
Chat domestique (Photographie © Laurent Lebois, Creative Commons, no changes)

Chat domestique et biodiversité : un projet de sciences participatives

Rapprocher la biodiversité et le Chat domestique pourrait apparaître surprenant, il y a bien là un vaste sujet d’étude aux implications multiples. En effet, le Chat domestique, dont l’écologie est complexe, est un prédateur de plus de 12 millions d’individus en France, un nombre conséquent qui pourrait influer sur la biodiversité.
Dans l’étude de l’écologie du Chat domestique, chercheurs et citoyens ont tous un rôle à jouer!

 

Le Chat domestique, la biodiversité, l’homme

Une étude a été lancée par le MnHn et la SFEPM, elle porte sur la prédation du Chat domestique, et devrait aider à une meilleure compréhension des écosystèmes urbains et périurbains. Le lien entre Chat domestique et biodiversité pose en effet certaines questions, car l’écologie complexe du Chat domestique fait intervenir de nombreux éléments comme l’habitat, les relations avec les autres espèces sauvages et domestiques, et les différents paramètres de la vie domestique de cette espèce.
L’utilisation du chat contre les rongeurs est très ancienne, et a permis en certaines occasions de réguler les populations. Mais qu’en est-il des autres petits vertébrés comme l’écureuil ou le merle noir? Le Chat domestique, prédateur, peut-il modifier ou amoindrir sensiblement la biodiversité de certains milieux ? De même, il est important d’essayer de comprendre le rôle que peut jouer la relation propriétaire humain et chat, et de voir si ce lien peut avoir une incidence finale sur le comportement du chat et donc sur la biodiversité de son environnement.

Trois méthodologies

Afin d’obtenir l’étude la plus complète et pertinente possible sur ce domaine de recherche, trois méthodologies complémentaires sont utilisées.
La première est le site web de sciences participatives qui à été créé (http://www.chat-biodiversite.fr/participer-12.html​) afin d’aider les chercheurs à obtenir un maximum d’observations directes. Il est possible de rapporter sur ce site toutes les données concernant le régime alimentaire et les proies capturées par son chat. Et même si vous n’êtes pas propriétaire d’un chat, vous pouvez malgré tout participer à l’étude via un accès visiteur qui permet de noter vos remarques à propos des divers chats que vous pouvez observer.
La deuxième source de données collectées repose sur des traceurs GPS dont sont équipés les chats des propriétaires qui en font la demande, pour des sessions d’étude d’environ 1 an. Il faut bien entendu que son chat accède régulièrement à l’extérieur pour que les données soient pertinentes.
Enfin la troisième source de données, dont la collecte commencera en 2016, est basée sur un système d’enquêtes et d’évaluation sur les rapports et pratiques entre les chats et leurs propriétaires. Ce système permettra également d’étudier la perception de l’animal domestique dans la nature et les liens qu’entretiennent les propriétaires de chats avec la biodiversité.

 

Si cette étude vous intéresse, que vous aimez observer votre chat, ou si vous souhaitez qu’il soit suivi dans son milieu, nous vous invitons à aller sur le site de sciences participatives pour vous inscrire et/ou simplement y noter les données que vous avez collectées.
Enfin, n’hésitez pas à partager les informations concernant l’existence de cette plateforme avec d’heureux propriétaires de chats !