Contenu principal
Centrale nucléaire du Tricastin et éolienne
Centrale nucléaire du Tricastin et éolienne - PACA (Photographie © Elisa Pictures, Creative Commons, no changes)

Les énergies – 1 : les sources d’énergie primaire

La question de l’énergie est cruciale pour notre époque. Elle détermine nos choix de société actuels et futurs, nos relations internationales, notre vision du monde sur le long terme. Ce trois aspects sont très difficiles à affronter tant au niveau individuel que nation ou transnational. Ce changement de paradigme est pourtant devenu nécessaire, et même vital.

Quelles sont nos sources d’énergie primaire ? En quoi les énergies renouvelables et les énergies vertes sont-elles pertinentes ? Quel est le poids de chacune dans la production et la consommation d’énergie en France ? Quel est le devenir de chacune et à quoi pourraient ressembler nos sources d’énergie primaire d’ici la fin de notre siècle ?
Pour pouvoir répondre à ces questions, intéressons-nous tout d’abord aux sources d’énergies primaires.

On appelle énergie primaire l’énergie disponible dans l’environnement et directement exploitable sans transformation. On distingue différentes catégories d’énergies primaires, les énergies fossiles, les énergies renouvelables et les énergies vertes.


Les énergies fossiles : Un héritage encombrant
Commençons tout d’abord par les énergies les plus connues : les énergies fossiles. On utilise le terme d’énergies fossiles car ces sources d’énergies proviennent de la méthanisation d’êtres vivants morts et enfouis dans la terre depuis des millions d’années. Comme nous en parlions dans le dernier article sur la COP21, l’exploitation des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) est l’une des premières causes de l’élévation des températures et du réchauffement climatique. Mais ce n’est pas le seul problème qu’elles posent puisque leur exploitation est aussi à l’origine de diverses pollutions (marées noires, rejet des multiples particules dans l’air,…) aux effets destructeurs sur l’environnement et qui sont des facteurs aggravant ou déclencheurs de maladies (cancer, troubles respiratoires,…)
Ces énergies ont les avantages et inconvénients suivants :
– leur renouvellement naturel étant très long (plusieurs millions d’années), les réserves de ces énergies sont considérées comme finies à l’échelle du temps humain,
– elles sont assez voire très polluantes,
– leur mise en œuvre entraîne l’épuisement de la ressource initiale,
– mais elles sont très compétitives en terme de coûts d’exploitation et de rendements.

Les énergies renouvelables et vertes : les alternatives 
Nos sources d’énergie primaire comportent une catégorie toute particulière : Les énergies renouvelables. Ce sont les énergies hydraulique, éolienne, solaire, de biomasse, la géothermie, ainsi que les énergies marines.
Ces énergies ont les avantages et inconvénients suivants :
– leur renouvellement naturel semble suffisamment rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain,
– elles sont généralement beaucoup moins polluantes que les autres sources d’énergie primaire,
– leur mise en œuvre n’entraîne pas l’épuisement de la ressource initiale,
– mais elles sont encore peu compétitives en terme de coûts d’exploitation et de rendements.

Par ailleurs, on distingue aussi la catégorie des énergies vertes (ou propres) qui sont des énergies dont l’exploitation ne produit en théorie aucune pollution ou aucun déchet. Au sein des énergies vertes on retrouve aussi sans conteste, l’énergie géothermique, l’énergie éolienne, l’énergie solaire, certaines énergies hydrauliques (l’énergie marémotrice, l’énergie hydrolienne, l’énergie des vagues), la traction animale et la propulsion humaine.
Néanmoins, considérant que toute exploitation d’énergie, produit un minimum de pollution ou de déchet, la notion d’énergie propre reste encore assez subjective.
Ces énergies ont les avantages et inconvénients suivants :
– pour la majorité de ces énergies le renouvellement naturel est suffisamment rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain,
– elles sont très peu voire « totalement » non polluantes,
– leur mise en œuvre n’entraîne pas l’épuisement de la ressource initiale,
– mais elles sont pour la plupart encore peu compétitives en terme de coûts d’exploitation et de rendements.

Le nucléaire : une lourde remise en question
N’oublions pas le cas particulier de l’énergie nucléaire (par fission d’atomes d’Uranium), très lourdement remise en cause pour des raisons de sécurité (accidents des sites de Tchernobyl en 1986 et de Fukushima en 2011 notamment) et pour des raisons de traitement et stockage des déchets nucléaires.
Sur ce dernier point nous vous invitons à visionner le très bon documentaire « Into Eternity » datant de 2010 et qui porte sur la création du complexe de stockage des déchets nucléaires d’ « Onkalo » (la Cachette) en Finlande.
Cette énergie a les avantages et inconvénients suivants :
– l’Uranium étant une ressource non renouvelable, son approvisionnement est considéré comme fini à l’échelle du temps humain,
– l’énergie nucléaire peut être considérée comme très polluante (problème de traitement des déchets nucléaires, accidents),
– sa mise en œuvre entraîne l’épuisement de la ressource initiale,
– ses coûts d’exploitation sont élevés mais la production énergétique résultante est très importante.

Sources :
– « Chiffres Clés des énergies renouvelables » de décembre 2015 – Service de l’observation et des statistiques du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie (http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Reperes/2015/reperes-chiffres-cles-energie-renouv-2015.pdf);
– site web du Réseau de l’Intelligence Electrique (http://www.rte-france.com);
– site web de futura science (http://www.futura-sciences.com/)