Contenu principal
MnHn
MnHn (Photographie © Laurent Dechoux, Creative Commons, no changes)

Sciences participatives

Parmi les articles publiés sur notre site, les sciences participatives font partie des thèmes importants que nous avons abordés à travers la présentation d’un certain nombre de projets. Mais il nous semblait nécessaire aujourd’hui d’aborder la question de manière plus globale.

 

On regroupe sous le terme de « sciences participatives » tout apport de citoyen à un programme de recherche. Le site Tela Botanica définit un programme de science participative comme « un programme conduit en partenariat entre des observateurs (citoyens) et un laboratoire ou une structure à vocation scientifique, visant à observer ou étudier un phénomène dans le cadre d’un protocole bien défini ». Habituellement les protocoles sont assez simples mais permettent de répondre à des questions scientifiques grâce aux nombreuses données ainsi recueillies. Pionnier dans ce domaine en France, Le Museum national d’Histoire naturelle met en place depuis plus de 20 ans ce genre de programme dont le but final est de « permettre de mieux comprendre le fonctionnement du vivant et mettre en place des mesures de gestion des environnements plus pertinentes et plus durables ». Ces programmes ont pris un formidable essor grâce à Internet qui simplifie considérablement la collecte de données.
Dans la plupart des cas, les programmes de sciences participatives peuvent être regroupés en deux catégories :

  • la collecte d’informations d’observation pour suivre un milieu/une espèce naturelle sur des zones géographiques étendues et/ou sur de longues périodes,
  • – l’étude simplifiée de documents d’intérêt scientifique mais accessibles à un plus grand nombre.

Quel que soit la catégorie, c’est bien le nombre des participants qui fait la force des sciences participatives : là où il aurait fallu mobiliser des centaines de chercheurs rémunérés, ce sont de simples citoyens qui, bénévolement, aident la communauté scientifique dans son œuvre. Néanmoins, tous les programmes ne sont pas nécessairement ouverts à tout le monde, certains nécessitant des connaissances ou compétences scientifiques confirmées.

Comme nous l’avions vu dans de précédents articles, la plupart des programmes de sciences participatives sont liés à l’inventaire de notre environnement et in fine à sa protection (Les Herbonautes, Vigie Nature, Etudes sur le Chat domestique). D’autres types de programmes, nationaux et internationaux, existent aussi.
On trouve en effet des programmes scientifiques de toutes sortes : analyse de relevés d’étoiles afin de découvrir des planètes (Planet Hunters, plus de 300 000 participants), traduction de papyrus égyptiens écrits en grecs et datés d’il y a 2000 ans via un jeu qui ne nécessite aucune connaissance du grec ancien (AncientLives.org),…
Dans ces nombreux programmes, le plus connu reste Foldit. Ce jeu web créé par l’université de Washigtown en 2008 permet au joueur de transformer, de plier plus exactement, la structure primaire d’une protéine (dont la création, la biosynthèse des protéines, est un processus compris) en une structure tridimensionnelle. En effet, la prédiction des structures protéiques est un calcul compliqué, même réalisé par ordinateur. Le but de Foldit est alors d’observer et d’utiliser les étapes de résolution de pliage des joueurs sur des protéines déjà entièrement « comprises » (dont les structures tridimensionnelles sont connues) la plupart du temps afin d’améliorer les algorithmes de pliage des protéines dont le pliage reste incompris. Précisons qu’en 2011 des chercheurs ont annoncé qu’une équipe de joueurs avait élucidé en seulement 3 semaines le pliage d’une protéase rétrovirale (M-PMV) importante dans la recherche sur le VIH.

 

Les sciences participatives, facilitées grâce les facilités qu’offrent les plateformes web, sont bel et bien en plein essor, un essor auquel les citoyens internautes contribuent activement. Je vous invite vous aussi à découvrir quel pourrait être le programme qui vous donnera envie d’apporter votre pierre à l’édifice, de la recherche et de la connaissance !

 

Sources :
http://www.courrierinternational.com/article/2012/03/01/devenez-citoyen-chercheur
http://www.mnhn.fr/fr/participez/contribuez-sciences-participatives
http://www.tela-botanica.org/page:sciences_participatives
https://www.ancientlives.org/
https://www.planethunters.org/
http://www.nature.com/nsmb/journal/v18/n10/full/nsmb.2119.html